Discours entre le soleil et la nature

Le soleil timide, encore un peu caché,

A l’air de réfléchir à sa venue éventuelle.

Vais-je envoyer quelques rayons avant l’été ?

Ou attendre et surveiller un vol d’hirondelles ?

Les fleurs, rosiers et arbres en bourgeons

Ont l’air un peu étonnés : ils se redressent

Vers moi, doucement, sans faire de bonds

Envoie-nous ton or jaune, crient-ils en liesse.

Je vous entends, mes amis de la nature,

Vous avez besoin de moi, mais j’hésite,

Le vent glacial est présent, trop de froidure,

Joli printemps arrivera bientôt, en visite.

Avec un grand ciel bleu, de mes rayons,

Je vous réchaufferais ; le moment venu,

Vous serez prêts à enlever vos haillons,

A partir de là, je ne vous quitterais plus.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site